TÉLÉPHONE  : 07. 69. 04. 92. 05

1er cabinet conseil et promoteur des petites et micro entreprises

COMMENT CULTIVER SA FORCE MENTALE ?

Les trois parties qui fragilisent la force mentale et sur lesquelles il faut travailler 
sont : 

  • le mental (c’est le centre de traitement et de contrôle des informations, des pensées, des pulsions, des émotions et des connaissances qui forgent en définitive notre personnalité et notre logique).

  •  l’émotionnel (c’est le centre de gestion des émotions, de nos états d’humeurs. C’est lui qui déclenche nos maladies physiques ou psychiques, lorsque nous n’avons pas traité les traumatismes et les peurs.

  • l’intellect (c’est le centre de développement des connaissances intellectuelles, qui détermine notre niveau d’intelligence).

 

Si nous ne travaillons pas à renforcer et à nourrir positivement ces trois parties, nous sommes vulnérables. En travaillant sur elles, voici ce qui se produit : la connaissance (intellect) protège et permet de sortir d’un schéma de pensée et de s’affirmer ; la bonne gestion des émotions (émotionnel) évite d’agir avec impulsivité et de développer des maladies physiques et psychiques ; la maîtrise de ses pensées (mental) permet de mieux gérer et maîtriser les informations que nous accueillons.

Comment cultiver sa force mentale ?

  • Apprendre d’abord à faire connaissance avec soi avant de faire connaissance avec les autres. Ce n’est qu’ainsi que nous saurons nous entourer de choses, de lieux et de personnes qui aideront à cultiver notre force mentale. Puis, il ne faut pas se laisser définir par les autres. Ils n’ont pas de recul pour nous juger à notre juste valeur, puisqu’ils ne savent pas déjà qui ils sont réellement et encore moins leur valeur.

  • Sortir de son conditionnement culturel. Encore plus lorsque l’on souhaite faire du business. En surfant et chérissant nos cultures et traditions (sans avoir pris soin de créer sa force mentale individuelle), nous freinons le développement de notre intelligence avec des schémas de pensées et alimentons notre part émotionnelle. Ce qui malheureusement lorsque mal gérée, peut devenir un danger pour nous-mêmes et les autres.

  • Ne pas s’imposer des règles qui nous limitent et alimentent nos peurs et non frustrations et qui ne sont que nos propres créations.

  • Cultiver le détachement de toutes choses et la force mentale augmentera aussi. Ceci n’exclut pas l’amour. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas fabriquer et aimer le matériel et les belles choses. Il est possible d’aimer une chose, une personne, un lieu, sans s’y attacher. Il faut juste savoir s’en défaire quand il le faut, pour ne pas générer des émotions négatives. D’ailleurs, l’attachement ce n’est pas de l’amour mais plutôt de la possessivité. L’amour n’a rien de malsain et on ne cherche ni à contrôler, ni à soumettre, ni à dominer, ni à s’approprier.

  • S’accorder un moment avec soi pour redescendre la pression. Cela évite de réagir à toutes choses avec impulsivité.

  • Diminuer l’intensité à laquelle nous prenons les difficultés que nous rencontrons. La souffrance existe dans toutes choses tout comme le bonheur. Cependant, c’est nous qui définissons leur intensité et leur durée. On peut donc aussi décider seul de ne pas souffrir ou de ne pas vivre le bonheur. Il faut juste comprendre que cela a un impact sur notre force mentale.

  • Éviter les dépendances relationnelles qui génèrent des fragilités et alimentent nos émotions négatives (jalousie, possessivité…).

 

 

Vous pouvez aussi me solliciter en rendez-vous individuel pour traiter une problématique que vous rencontrez.

 

 

ines ngono
Bonjour, je suis Ines Ngono. Je suis Consultante stratégie de marque et Conseillère intuitive-énergéticienne. Vous pouvez personnaliser mes conseils en rendez-vous individuel.