RENCONTRE AVEC UN ENTREPRENEUR : LE CHEF GASTRONOMIQUE GEORGES BLANC

Lors de mes déplacements dans le cadre des activités et des démarches du cabinet Lentreprenante.com, il m’arrive d’aller à la rencontre de quelques personnalités. Certains acceptent naturellement de prêter leur image pour encourager la démarche du cabinet et booster quelques activités des petites et micro entreprises. Ça été le cas avec le Chef Georges Blanc, rencontré en octobre 2021, et à qui j’ai offert l’épice poivre de Penja commercialisé par un entrepreneur que mon cabinet a accompagné pendant plusieurs mois.

***

Portrait du chef Georges Blanc 

 

Homme d’affaires dont la renommée n’est plus à faire, le chef gastronomique Georges Blanc est l’héritier d’une maison qui existe depuis 150 ans aujourd’hui. C’est un grand passionné de cuisine qui me raconte son histoire, et qui revendique avec fierté son côté polyvalent et la diversité des offres proposées par la maison : boulangeries, restaurants, spas, hôtels…

Depuis 41 ans, il fait la fierté de ses parents avec un établissement qui affiche 3 étoiles, et qui ne désemplit jamais. Il compte plus de 1 000 visites par jour à Vonnas. Tout cela grâce au travail que le chef et ses équipes déploient pour satisfaire leurs clients.

Comment va le chef Georges Blanc ? Très bien ! Juste quelques cheveux blancs et des rides, signes de sa longue et grande expérience dans un des secteurs les plus passionnants mais aussi complexes. En effet, depuis l’âge de 25 ans, il est à la tête du Village Blanc. Trois générations l’ont précédé. À l’époque, la maison comptait 10 employés. Aujourd’hui, elle en compte 220 à Vonnas et plus de 300 pour l’ensemble du groupe. La maison a eu sa première étoile en 1929 grâce à sa grand-mère, qui a ensuite obtenu très rapidement la seconde étoile. Les deux étoiles seront conservées pendant 40 ans, avant que le chef Georges Blanc ajoute à son tour une troisième étoile.

Son parcours scolaire :

Pour devenir le chef et l’homme d’affaires que nous connaissons aujourd’hui, il a d’abord fait une école hôtelière. Puis, il a été sélectionné par plusieurs maisons telles que la Réserve de Beaulieu-sur-Mer et le Grand hôtel à Divonne-les-Bains. C’est à la fin de ses études qu’il a pris la suite de ses parents en 1968. Georges Blanc, sa famille et ses équipes gèrent depuis 57 ans des établissements proposant des services et des produits variés. Il lui aura fallu en tout 150 ans pour en faire un village.

Son plat préféré :

Monsieur Blanc n’a pas de plat préféré mais il est passionné par les volailles. Cela fait d’ailleurs partie des recettes qui ont fait sa renommée dans la cuisine.

Son signe astrologique : 

Capricorne. Un signe connu dans le calendrier zodiacal pour posséder d’incroyables facultés de concentration. Il est aussi un travailleur efficace, extrêmement rigoureux et persévérant.

Un conseil de monsieur Blanc :

Lorsque je demande au chef Georges Blanc quelques conseils que je pourrais transmettre aux futurs entrepreneurs de la restauration que j’accompagne, il me répond naturellement :

« Tout est possible dans le monde de la cuisine. Que vous soyez autodidacte ou diplômé, il faut être passionné, avoir une excellente sensibilité, être curieux, et constamment dans la recherche du progrès pour réussir dans la cuisine ».

Il faut reconnaître que ce n’est pas tous les jours que l’on rencontre une personnalité de sa catégorie, car elles sont souvent très occupées. Cela a donc été pour moi un privilège, ainsi que de découvrir les coulisses de l’un de ses établissements avec mon poivre de Penja.

 

  *** 

Le geste d’un amoureux du poivre 

 

 Je ne me doutais pas que le chef Georges Blanc était un amoureux du poivre ; il n’hésite d’ailleurs pas à en mettre en grande quantité dans ses plats, car il en raffole. Sans oublier qu’il connaît bien le pays d’origine de cette épice, qu’il dit aussi avoir citée dans un de ses livres. Après notre échange, il accepte naturellement de prêter son image pour booster la communication d’un entrepreneur. Il pose avec son produit. Puis, adresse une dédicace en vidéo.

Dédicace en vidéo dans ce lien 

Le déjeuner

Après notre échange dans son bureau, nous avons rejoint la cuisine d’un de ses restaurants. Nous nous sommes installés avec sa compagne Sarah sur sa table préférée, qui donne sur un spectacle de cuisiniers s’activant pour préparer les plats qui sont servis dans le restaurant pour ses clients. Sa fille Lara nous a rejoint quelques minutes plus tard.

 

Je découvre : 

  • un homme, passionné par son métier et qui prend ses repas dans la cuisine, pour pouvoir observer ses cuisiniers en action. On peut d’ailleurs lire sur un miroir installé dans sa cuisine sa citation préférée : « Progresse chaque jour pour être toujours aussi bon… »

 

 

 

 

  • un père très attaché à sa fille Lara, qui adore d’ailleurs le taquiner. Eh oui ! C’est une entreprise familiale, et ils partagent pratiquement tout ensemble.

Le chef Georges Blanc et sa fille Lara

 

 

 

  • un homme, qui poste avec sa compagne des images sur le compte Instagram de l’entreprise. Eh non ! Ce n’est pas un community manager qui poste, mais bien le couple. Moi aussi j’ai été surprise, mais j’ai trouvé cela très attachant.

 

 

Le chef Georges Blanc et sa compagne qui postent des photos sur Instagram

 

 

 

 

Le test 

Après m’avoir confiée être un amateur de poivre, c’est au tour du poivre de Penja d’être testé et validé à l’heure du déjeuner par la famille Blanc. C’est en compagnie de sa fille Lara à gauche, et de sa compagne Sarah à droite, que nous avons pu tester et apprécier dans nos assiettes le poivre de Penja.

La famille Blanc (fille G, Chef M, et compagne D)

 

*** 

L’heure des au revoir

 

Notre rendez-vous a duré 4 heures ( de 10 h 30 à 14 h 30). J’étais venue pour une petite entrevue, et j’ai fini dans une des cuisines du chef pour déguster un de ses plats : poulet à la crème, risotto et dessert dont j’ai oublié le nom parce que je n’ai retenu que son goût.

Après les “au revoir”, j’ai pris mon train à 14 h 30 pour reprendre mes petites activités de consultante; en conservant dans un coin de mes souvenirs cette petite matinée qui a pris une tout autre tournure que celle qui était prévue au départ. 

En cadeau de départ et comme souvenir de cette rencontre, j’ai reçu une petite dédicace du chef dans un de ses livres.

 

 

Les morales après cette rencontre : 

  • Derrière un grand homme se cache une femme.

  • Être soi et faire ce dont on a envie tant qu’il y a de la passion est la clé de la réussite.

  • Les apparences sont trompeuses. Il est plus intelligent d’aller découvrir soi-même, plutôt que de se contenter de ce qu’on veut nous montrer.

 

ines ngono
Bonjour, je suis Ines Ngono. Je publie ces articles en tant que conseillère intuitive-énergéticienne et, consultante stratégie de marque. Vous pouvez personnaliser mes conseils en rendez-vous individuel.
Choose Language